Mise en ligne initiale le 19 janvier 2005 - Dernière retouche le 19 août 2016
* Ambition

* Sommaire du site

* Dernières livraisons

* Archives des Lettres d’information

Plan du site - Contact

Rubriques de ce site (sommaire détaillé ici)

Jacques Stella

Le site dhistoire-et-dart.com accueille depuis son origine des études sur Jacques Stella et son entourage, fruits de recherches sur le peintre et ses héritiers conduites depuis 1984. Une rubrique particulière lui est consacrée depuis 2007. La matière en est régulièrement actualisée, à commencer par sa biographie et son catalogue en cours.

Attribuer

Parce qu’attribuer, donner un nom à une oeuvre encore anonyme, lui conférer une place au sein de la création d’un artiste, d’une époque, etc., figure parmi les bases de l’histoire de l’art, une rubrique regroupe sur ce site différentes découvertes faites. Elle s’appuie sur mes compétences d’expert, mises en oeuvre dans la cadre de l’activité de “D’histoire & d’@rt”.

Fortune critique
(compte-rendus)

Les publications en histoire de l’art ont augmenté en nombre et en qualité. Toutefois, on ne trouvera pas ici un panorama tant soit peu représentatif (La tribune de l’art le fait très bien) mais des ouvrages qui, pour des raisons diverses, ont suscité de ma part des réactions. Les mises en ligne initiales donnent le ton - mais des escapades hors de mes sentiers habituels ne sont pas impossibles.

Actualités

Le site dhistoire-et-dart.com souhaite proposer, outre des études et des services en histoire de l’art, des réflexions sur la discipline et sa place dans le monde contemporain. C’est un autre moyen de contribuer à sa reconnaissance, loin d’être acquise.

Voir et comprendre l’art

Le premier avatar de «D’histoire & d’@rt» comportait un volet formation important victime de sa faible rentabilité. Je laisse en ligne certains de ces éléments en espérant pouvoir un jour trouver un équilibre susceptible de le faire revivre.

Classiques de l’art :
notions et méthode

Cette rubrique est consacrée aux grands sujets d’histoire de l’art et aux questions de méthode en la matière, oeuvres majeures à l’appui, abordés dans des études inédites.

Autour de Melun

Citoyen du monde, j’ai néanmoins tissé des liens avec un terroir - ainsi que ceux liés à mon nom breton ou mes origines normandes, etc. -, une géographie comme une histoire locales. Toutefois, cette rubrique n’existerait pas si cela ne participait de mes activités professionnelles.

Documents

La recherche en histoire de l’art m’a conduit à recourir aux documents, donc à la transcription d’archives, compétences également mises au service de «D’histoire & d’@rt».

«D’histoire & d’@rt»
au service de l’art

* Expertise et recherches en histoire de l’art

* Lecture des archives et recherches historiques

* L’observato’@rt

* Compétences

En savoir plus
sur «D’histoire & d’@rt»

* Agenda “D’histoire & d’@rt”

* Parcours du chef

* Réalisations de Dhd@

* Spécialités du chef
Mises en ligne par ordre retro-chronologique

Catalogue Jacques Stella
À Paris au temps de Louis XIII, 1636-1643
Les derniers feux du règne.
Oeuvres datées de 1642-1643.

Mise en ligne en août 2016

Les vignettes de l'Imprimerie royale, datées de 1640-1644.

Mise en ligne en août 2016

Oeuvres datées de 1642-1643 Les vignettes de l'Imprimerie royale
Catalogue Jacques Stella À Paris au temps de Louis XIII, 1636-1643
Les débuts du ministère Sublet de Noyers. Oeuvres datées de 1639-1640.

Mise en ligne en juin 2016

Au temps du séjour de Nicolas Poussin (1). Oeuvres datées de 1641.

Mise en ligne en juin 2016

Oeuvres datées de 1639-1640 Oeuvres datées de 1641
Une suite au Défi html#10
Une esquisse pour L'adoration des bergers de Condé-en-Brie, oeuvre de jeunesse de Le Brun.
C'est au cours d'une recherche concernant Simon Vouet que j'ai découvert une composition esquissée qui a immédiatement éveillé le souvenir d'une autre peinture, l'Adoration des bergers de Condé-en-Brie, que j'avais attribué ici au jeune Charles Le Brun. Moment d'excitation mêlant l'enthousiasme d'une nouvelle identification et la crainte d'une possible contradiction. Il fallait donc procéder à une analyse de l'oeuvre, dans ses rapports avec le tableau achevé et avec d'autres exemples de préparations semblables.

Lire la suite

Mise en ligne en mai 2016

Catalogue Jacques Stella -
Au temps de Louis XIII : l'installation à Paris.

Oeuvres datées (1636-1638)
Nous avons vu que Stella s'était préparé à quitter Rome, et que les circonstances lui avaient sans doute permis d'y réfléchir plus longuement que prévu. De fait, Stella poursuit en France son travail sur la densité et la mesure des formes, non sans rechercher l'émulation avec des artistes moins attendus dans cette orientation, tel Pierre de Cortone pour Semiramis.

On ne s'étonnera pas plus de le voir poursuivre sa pratique de la peinture sur pierre, qui avait fait partie de sa réputation. Néanmoins, si on peut envisager de rattacher certains ouvrages aux contacts quasi-immédiats avec l'archevêque de Paris et le cardinal de Richelieu affirmés par Félibien, rien encore n'a pu l'être formellement pour ces années.

- Lire la suite

Mise en ligne en mai 2016

Jacques Stella, L'Enfant Jésus retrouvé par ses parents parmi les docteurs : du neuf à Melbourne?
On parle beaucoup ces temps-ci d'un possible Caravage resurgi d'un grenier. L'affaire retentit au-delà du strict cercle de l'histoire de l'art, autant pour la réputation de l'artiste que pour les enchères que cela peut supposer; sans parler des sempiternelles questions que peuvent se poser le public le plus large, peu au fait des enjeux induits par les notions d'autographie, de répliques, d'oeuvres d'atelier, de copies ou de faux - pour qui d'ailleurs, le plus souvent, la question peut se résumer à l'alternative vrai/faux.

Plus discrètement, une peinture reprenant presque intégralement l'un des grands chefs-d'oeuvre de Jacques Stella vient d'être signalée dans une église de Melbourne, en Australie.

- Lire la suite

Mise en ligne le 4 mai 2016

Catalogue Jacques Stella -
Entre Rome, Madrid, Lyon et Paris

Oeuvres datées (1633-1635)
Sa lettre à François Langlois, son ami éditeur et marchand, nous informe dès février 1633 de son intention de quitter Rome. C'est aussi l'année au cours de laquelle Stella signe et date son autoportrait en miniature aujourd'hui au Patrimonio Nacional espagnol : voilà qui confirme les propos de Félibien selon lesquels il avait pris la résolution de céder aux demandes du roi d'Espagne. En janvier 1635, il est à Lyon pour assister sa soeur dans son mariage avec Étienne Bouzonnet, et il y est encore en juin.

Entre-temps, il semble avoir été rattrapé par les enjeux internationaux. Il est emprisonné au prétexte de quelque amourette entre la mi-août (selon un paiement Barberini) et la fin de l'année, selon l'Allégorie Borghese évoquant la mort du cardinal Scipion le 2 octobre mais daté de l'année. Il en sort pour préparer son départ dans les bagages de l'ambassadeur du roi de France venu s'entretenir avec le pape des prémisses de la guerre ouverte avec l'Espagne (...).

- Lire la suite

Mise en ligne en avril 2016

Parcours historiques de la ville de Melun.
Le “Parcours historique” de la ville de Melun consiste en une signalisation, par des plaques de laves émaillées en pupitre ou apposées sur les murs, des principaux éléments du patrimoine historique de la cité (monuments, sites, personnages...) en vingt-sept étapes inaugurées en 2001 (et depuis augmentées), pour une découverte non accompagnée par les visiteurs. Une animation par des guides a été mise en place ensuite autour de thématiques.

Cette année encore, j'en assure trois, les 23 juillet, 6 août et 18 septembre - avec une nouveauté. Attention! Le lieu de départ a changé, l'Office de Tourisme ayant rejoint l'Espace Saint-Jean depuis 2015. Et l'heure aussi, 14h30!

- En prendre connaissance.

Mise en ligne : printemps 2016

Catalogue Jacques Stella -
Succès romains :
4. Le temps des interrogations (1631-1632)
Stella, qui délaisse l'Académie de Saint-Luc, continue de produire nombre d'inventions pour l'édition, pour les Jésuites comme pour Urbain VIII, les Barberini appréciant aussi ses peintures sur pierre ou sur cuivre. C'est lui qui donne tous les dessins pour le Breviarium romanum publié en 1632 à l'instigation d'Urbain VIII, ainsi placé sur le terrain de Rubens, compositeur de ceux de la version d'Anvers publiée en 1628. La diversité des burins et les contraintes propres au genre de l'illustration de thèse (qu'il s'agisse de placards pour les annoncer ou des frontispices de leur texte imprimé en un livre) ne rend pas toujours facile l'appréciation de son style, qui connaît alors une nouvelle maturation.

Cependant, malgré son entregent qui lui procure la confiance des Barberini, pour qui il achète des tableaux, il semble que les grandes commandes de retable ou de décor lui échappent toujours...

- Lire la suite

Mise en ligne en mars 2016

L'attribution comme mise en regard,
ou comment dépasser les conventions.
Restituer l'œuvre de Pierre de Sève
L'histoire de l'art, suivant le sens donné par l'université à cette discipline, est d'abord une histoire du regard. C'est cet abord qui fait l'unité d'un ensemble si divers de techniques créatrices d'objets et d'images, suivant des gestes singuliers leur donnant un caractère unique – jusque dans la multiplication d'une gravure, l'art se trouvant dans l'incision du support, non dans l'impression. C'est toute la richesse de l'exercice que de rechercher le regard originel, jusqu'à celui des contemporains – par la datation – et enfin, accomplissement ultime, celui de l'artiste qui l'a produit. (...)

- Lire.

Mise en ligne en janvier 2016

Catalogue Jacques Stella
Affirmation des ambitions romaines - 3 (1628-1630)
Vouet parti, comme sans doute François, le jeune frère, Jacques est encore très en vue à l'Académie de Saint-Luc. Il semble s'en éloigner à partir de 1630. À en croire le nombre de signatures, son activité redouble, en particulier auprès de l'édition, que lui-même prend en charge pour diffuser une image objet de vénération pour l'évêque d'Amelia, en août 1629 - dont il reste à retrouver un exemplaire.

Son sens de la narration se développe dans ses premières suites dont la destination originale demeure à circonscrire : il représente notamment plusieurs épisodes de la vie de Girolamo Maini durant l'hiver 1629-1630, sans doute, puisqu'ils portent l'une ou l'autre date. Ceux concernant Philippe de Néri sont certainement tout proches en date, mais en l'absence d'éléments fermes de datation, ils doivent être abordés dans une autre page.

La confiance du milieu Barberini ne faiblit pas, et il devient alors, après la disparition de Pomarancio, l'illustrateur en titre des frontispices des discours imprimés pour les sermons de Pentecôte au Vatican et de la Saint-Yves dans son église, de 1630 à 1632. Mais les succès dans l'édition et les petits formats sur pierre pourraient masquer une frustration dans la peinture d'histoire, le décor ou le retable.- Lire la suite

Mise en ligne en janvier 2016

De pierres et d’art III
Jacques Stella, tradition et innovation,
répétition et variation en points de Fuite
J'ai été sollicité il y a quelques années par un collectionneur à propos d'une peinture sur lapis-lazuli, dans laquelle j'ai immédiatement décelé la main de Jacques Stella. Elle avait pour particularité de témoigner du travail du peintre sur ce genre de support tôt dans sa carrière italienne. Sujet, matériau et technique m'ont ensuite conduit à identifier une autre peinture en renouvelant profondément le propos, marquant par ailleurs une évolution nette dans la maturation de son style. Coup sur coup, une autre version peinte et une proposition dessinée ont reparu, qui me conduisent à reprendre, une troisième fois, l'étude de cette veine particulière, développée apparemment en Italie mais qui dit déjà beaucoup de la personnalité artistique du peintre. - Lire la suite

Mise en ligne le 10 janvier 2016

Catalogue Jacques Stella
Affirmation des ambitions romaines - 2 (1626-1627)
Ces deux années sont moins fournies que les précédentes en témoignages datés mais elle renferment deux des peintures les plus précieuses pour la compréhension des recherches de Stella durant la première partie du séjour romain, dans le sillage de Vouet avant que celui-ci ne retourne en France. La Sainte Cécile de Rennes et l'Assomption de Nantes montrent en effet deux des voies qu'il explore selon les supports et les formats, entre maniérisme « précieux » et « classicisme » bolonais - se greffant sur l'art réformé toscan des Passignano ou Matteo Rosselli. La première atteste aussi des liens maintenus avec Florence, puisque le contexte médicéen est incontestable; la seconde, elle, amène Stella à se confronter au grand format, au retable, apparemment pour la première fois, et assez loin des bases romaines. - Lire la suite

Mise en ligne le 10 janvier 2016

INITIATION À LA LECTURE DES ŒUVRES D’ART
Cycle de cinq cours professés à Melun en 2005-2006
IV. Lire :
l’exemple du Christ retrouvé par ses parents dans le Temple, par Jacques Stella, 1654
(Provins, église Saint-Ayoul).
L'analyse comparée des projets de Brunelleschi et Ghiberti peut sembler écrasante, tant elle va loin dans la convocation des enjeux contemporains à leur réalisation. Il s'agissait de relever les indices susceptibles de montrer la richesse et la profondeur de leurs enjeux, dont il fallait donc parler. Le but de ces cours n'est pas de demander à ses auditeurs/lecteurs des recherches aussi poussées sur les œuvres qui peuvent susciter leur curiosité, ni de faire croire que l'on peut accéder à chaque œuvre instantanément et sans le moindre effort. Mon intention est d'expliquer que la maîtrise de quelques outils essentiels permet d'y entrer et d'inviter à en approfondir la compréhension : méthode, vocabulaire et leviers culturels aiguillant la sensibilité personnelle que chacun peut ainsi mieux comprendre et plus sûrement développer. Ce sont ces éléments qui ont été mis en évidence dans ces cours, d'un format plus ramassé que celui du texte en question ne permettant donc pas d'aller aussi loin.

Lire la suite

Défi html#10, octobre 2015
L'adoration des bergers de Condé-en-Brie,

oeuvre de jeunesse de Charles Le Brun.
Celles et ceux qui me suivent se rappellent peut-être que j'ai entamé, en début d'année, un petit défi autour de la mise en ligne, en langage html, d'une étude mensuelle attribuant une œuvre à un artiste sur dix mois, pour célébrer les dix ans du passage de l'administration du site dhistoire-et-dart sous cette forme. Ils se souviennent peut-être aussi que la défaillance informatique m'a conduit à changer d'application pour ce faire, ce qui fut tout à la fois plus difficile durant une période, mais aussi l'occasion d'en découvrir d'autres fonctionnalités. Ce défi s'achève ce mois-ci.

Lire la suite

Breveter l'histoire des arts?
L'aînée de mes filles passe son brevet des collèges à la fin de cette année. J'ai assisté à une réunion d'information où il a été question des épreuves à passer, avec un point particulier consacré à l'histoire des arts. J'ai déjà évoqué sur ce site l'introduction de cette discipline parmi les enseignements avant le bac, et toutes les réserves que sa mise en oeuvre amenaient. J'ai vu ce jour-là toutes mes craintes concrétisées.

Lire la suite

Mise en ligne le 12 octobre 2015

Défi html#9, septembre 2015
A propos d'Horace Le Blanc :

enjeux et difficultés de l'attribution.
L'intuition qui mène à une attribution est une chose. Il faut ensuite l'étayer en convoquant, comme j'essaye de le faire méthodiquement, tous les ressorts de la création artistique : conditions de réalisation, commanditaires, iconographie, travail de la forme et du style, situation dans l'évolution d'un artiste, etc. Une fois la proposition argumentée faite, la réception n'est pas toujours à la hauteur des espérances. Dans certaines circonstances, on peut se demander si l'idée pourra jamais s'en imposer, et si toute suggestion n'est pas désormais impossible. Je voudrais prendre pour exemple le cas d'Horace Le Blanc.

Lire la suite

Défi html#8, août 2015
Un autre Saint Laurent et son attribution

sur le gril : de Véronèse à Varin

(en passant par un Lorrain).

Les pérégrinations sur la « Toile » qui m'ont conduit au tableau de Jean-Baptiste de Champaigne m'ont également fait m'arrêter sur le cas d'une peinture spectaculaire conservée, selon la base du ministère de la Culture, dans une église de Pont-à-Mousson.

Lire la suite

Défi html#7, juillet 2015
Chemins pour une identification :

le retable de Notre-Dame d'Espagne

d'Antoine Stella.

Les textes anciens, biographies, descriptions, sont généralement le point de départ dans la redécouverte d'un artiste tombé dans l'oubli. Leur étude critique, notamment par leur confrontation, permet de dissiper les brumes que le temps met volontiers sur leurs informations, y compris celles prises à la meilleure source. Il en est ainsi d'Antoine Bouzonnet, dit Stella (1637-1682), dont la sœur Claudine avait retracé la carrière dans un manuscrit fourni à Guillet de Saint-Georges pour la conférence que celui-ci devait donner à l'Académie royale de peinture et de sculpture, puisque l'artiste en fut membre. Le document subsiste à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, permettant de compléter le texte que le conférencier présenta à cette assemblée le 1er décembre 1691.

Lire la suite

Retouche, juillet 2015
Le Brun énigmatique.

Le Supplice de Mézence, post-scriptum.

Gui Rochat me fait remarquer que les enfants assis dans l'angle n'ont pas l'aspect que Le Brun leur donne habituellement : le profil, malgré le rapprochement avec le tableau canadien, semble individué, et l'artiste a pris soin de les habiller. Il me semble donc utile de revenir sur leur rôle.

Lire la suite

Parcours historiques de la ville de Melun.

Le “Parcours historique” de la ville de Melun consiste en une signalisation, par des plaques de laves émaillées en pupitre ou apposées sur les murs, des principaux éléments du patrimoine historique de la cité (monuments, sites, personnages...) en vingt-sept étapes inaugurées en 2001 (et depuis augmentées), pour une découverte non accompagnée par les visiteurs. Une animation par des guides a été mise en place ensuite autour de thématiques.

Cette année encore, j'en assure trois, le 4 juillet, le 22 août et le 20 septembre. Attention! Le lieu de départ a changé, l'Office de Tourisme ayant rejoint l'Espace Saint-Jean.

- En prendre connaissance.

Mise en ligne : été 2015

Défi html#6, juin 2015
Deux candidats

pour la production privée

d'Ambroise Dubois.

Le cas d'Ambroise Dubois est assez singulier. En peinture, on ne le connaît que pour sa participation aux décors royaux, dont l'essentiel pour le château de Fontainebleau. Sa contribution à celui du Louvre est documentée, mais rien n'en subsiste. Les dessins laissent croire à d'autres entreprises, romanesques ou renvoyant à la thématique des Femmes fortes, ce qui peut d'ailleurs se rattacher aussi à la couronne de France, au moment de la régence de Marie de Médicis dont il était le peintre favori. Ces témoignages sont tous tardifs, ce qui donne décidément de l'artiste une idée bien partielle. Voici deux exemples que je crois inédits qui ouvrent des perspectives renouvelant au moins la compréhension de sa place dans l'art au temps d'Henri IV et de Marie de Médicis.

Lire la suite

Défi html#5, mai 2015
Antoine Bouzonnet Stella dessinateur :
deux nouveaux exemples,
un nouveau regard.

Stella l'oncle, j'en ai fait l'objet d'un article, a pâti de son amitié avec Nicolas Poussin. Stella le neveu, Antoine Bouzonnet, a fait bien pire : il a été l'élève des deux et eu le mauvais goût de mourir jeune, dans sa quarante-cinquième année. Il est décidément bien difficile pour un artiste susceptible de traîner la réputation de suiveur d'affirmer sa singularité s'il ne prend pas le temps de vivre.

Lire la suite

Le Christ et la Samaritaine de Plattemontagne
Retouche, mai 2015

Vient de passer en vente une feuille montrant une proposition d'ensemble pour cette commande, complétée d'une alternative pour la Samaritaine, qui vient confirmer, s'il en était besoin, mon attribution. Celle-ci est d'ailleurs évoquée dans la notice du catalogue de vente, mais hélas! très évasivement. Le dessin porte l'annotation caractéristique qui avait favorisé le premier rassemblement fait par Nathalie Volle et Pierre Rosenberg en 1980 : « montagne ». Il permet de compléter notre connaissance de l'artiste au travail.

Lire la suite

Mise en ligne le 10 mai 2015

Défi html#4, avril 2015
Jean-Baptiste de Champaigne
ou la vérité en peinture

Le processus aboutissant à une attribution peut avoir différents moteurs. Vous pouvez vous trouver face à une peinture qui vous intrigue par une forme de familiarité qui ne tient pas au sujet mais relève entièrement du style, des formes et des couleurs. S'ouvre alors un dialogue formant recherche qui, cette fois, peut passer par le questionnement du sujet : comment l'artiste s'en empare par rapport aux enjeux qu'il porte et au regard de l'histoire de l'art, de ses « grands modèles ». Internet permet aujourd'hui des réponses rapides à cela grâce aux moteurs de recherche et aux bases de données… et il arrive que cela aboutisse à attribuer, comme en passant, une peinture qu'ils présentent comme encore anonyme sur le sujet en question.

Lire la suite

Mise en ligne, avril 2015

Jacques Stella - Catalogue


Rome, oeuvres datées de 1624-1625

Dans le courant de l'année 1624, Jacques signe une Assomption, la première peinture sur pierre clairement datée, aujourd'hui à Pastraña et qui témoigne déjà des plus hautes protections; le dessin pour le frontispice gravé par Jérôme David pour les Prose vulgari du « cameriere d'honore » d'Urbain VIII, publié en 1625, en est une autre conséquence. Il ne se repose pas pour autant sur ses lauriers et entreprend l'un des plus considérables ensembles d'images jamais conçus, plus d'une centaine de gravures sur bois couvrant l'histoire sacrée de l'humanité, communément appelé les « camayeux », sans doute achevé sur la Sybille égyptienne datée de 1625. À quoi s'ajoute La Madeleine au pied du Christ en croix (Louvre), premier exemple daté (de cette même année) de sa pratique de la peinture sur cuivre. Activité prodigieuse et inventive, révélatrice d'un dynamisme aux antipodes de la réputation qui a fini par lui être faite (...).

Lire la suite

Mise en ligne le 26 avril 2015

Jacques Stella - Catalogue


Rome, oeuvres datées de 1622-1623

Comme à Florence, Jacques participe à un décor éphémère dès son arrivée à Rome, selon Félibien. Par chance, il semble bien qu’un bozzetto puisse en être rapproché, et soutenir une réception immédiate favorable. L’année suivante, il signe, localise et date son Saint Georges, preuve qu’il n’a pas renoncé à graver. Voilà de quoi baliser ses premiers pas dans la Ville Éternelle.

Lire la suite

Mise en ligne le 16 mars 2015

Défi html#3, mars 2015
Une esquisse rendue à Michel II Corneille (1642-1708)

En novembre dernier s'est vendue une peinture attribuée à Antoine Dieu, dessinateur prolifique mais peintre encore fantômatique. Le sujet est à peu près cerné comme l'enterrement (ou plutôt les funérailles) d'un pape. Le format suggère aussitôt, par le rétrécissement et les écoinçons en haut, et le cintrage à oreilles en bas, la préparation à un décor plafonnant. L'artiste ne se soumet pas pour autant à la sujétion, c'est-à-dire à la mise en perspective illusionniste, ce qui doit motiver la juste situation, à travers la proposition à Dieu, au classicisme du temps de Louis XIV, dans la suite d'un Le Brun.

J'ai songé immédiatement, en voyant ses visages joufflus, le coloris précieux (roses tendres, bleus profonds, notes terreuses...), le souci des volumes bien arrêtés, à un peintre qui reste largement à redécouvrir : Michel II Corneille (1642-1708), fils de Michel (1601-1664) et frère aîné de Jean-Baptiste (1649-1695).

Lire la suite

Mise en ligne le 10 mars 2015

Défi html#2, février 2015


Une Sainte famille au livre inédite

de Sébastien Bourdon (1616-1671)

Dans un paysage marqué par une colonne en ruine, la Vierge semble interpeler Joseph sur un passage des Saintes écritures, sous le regard amusé de l'Enfant, qui tient un petite croix annonciatrice de son destin.
Le peintre donne ici une version insolite d'un thème déjà peu fréquent : le Christ enfant enseignant ses parents. Il le fait avec un certain humour, autant par l'expression de Jésus que par les attitudes graduées de Marie, capable de comprendre et qui cherche à enseigner à son tour un Joseph apparemment perdu.

Lire la suite

Mise en ligne le 23 février 2015

De pierres et d’art II :

Une nouvelle Fuite en Égypte de Jacques Stella

Pendant longtemps, on a volontiers rapproché de Jacques Stella des peintures sur pierre de qualité médiocre. Depuis 2006 et l'exposition capitale qui lui a été consacrée, la tendance s'est inversée (...).
Récemment est passée en vente une peinture sur pierre, mêlant lapis-lazuli en son centre et ardoise au pourtour, sur le thème de la Fuite en Égypte, avec pour attribution plus "florentine" que flamande le nom de Cornelis Poelenburgh suivant une inscription au dos, à l'orthographe apparemment approximative, et la date de 1630.

Lire la suite

Mise en ligne le 20 janvier 2015

La circulation des modèles au temps du maniérisme :
le cas de Baullery et des Brueghel


Conférence lundi 8 décembre 2014 à 18h30
Artemisia Auctions, 46, rue Laffitte 75009 Paris

L’histoire de l’art, c’est aussi l’histoire du regard. Le nôtre, porté sur les oeuvres et tel qu’il peut être conditionné par l’éducation, l’environnement social, entre autres. Avant tout, celui des artistes eux-mêmes, sur la production de leur consoeurs et confrères. De là découlent les notions d’influence, de copie, de modèles, qui ont varié au cours des siècles.

Pour retrouver le chemin de ce regard-là, entre la France et les Flandres à la fin du XVIè et au début du XVIIè siècle, toute une enquête aura été nécessaire pour faire ré-émerger une figure importante de la création à Paris, Nicolas Baullery, avant de la confronter à la vaste production de Pieter Brueghel et de ses descendants. Et ce, en intégrant ce qu’invention, nature et manière pouvaient vouloir dire au temps du Maniérisme.

Lire le texte mis en ligne en janvier 2015.
Le Chevalier, le Médecin et la Mort

Jacques Stella, Théphraste Renaudot et la Mort, post-scriptum.

Dans le récollement nécessaire des informations, constitutif de la biographie mise en ligne ici, j’ai relu l’article de Georges Huard (1939) sur les logements d’artistes, artisans et autres personnages dont le mérite leur a valu la gratification d’un logement au Louvre, parmi lesquels Stella et Renaudot, comme dit plus haut. Je dois y revenir aujourd’hui pour rectifier certaines affirmations, et considérer à nouveau le statut de ce dessin et de la composition dont il veut - explicitement selon l’inscription au dos - témoigner.
Si Renaudot a connu des difficultés à la fin de sa vie, il le doit à ses démélés avec ses confrères médecins, en particulier Gui Patin. La protection royale ne semble avoir guère failli : c’est précisément en 1648 (non en 1641, comme peut parfois le lire) que le logement royal lui est concédé. De fait, louer un lieu pour le bureau d’adresses n’avait plus de raison d’être. Ce dessin prend donc place dans le cadre de la toute fraîche installation au Louvre du "medessin". Il faut tout de même examiner, de façon critique, tout ce que cela peut impliquer pour cette inscription.

- - Lire.

Mise en ligne le 23 novembre 2014

François Nicolas, Castor et Pollux

Ma seconde fille Raphaëlle me demandait récemment quel était mon travail. Je lui ai expliqué, entre autres activités, qu'il y avait des tableaux ou des dessins dont on ne connaissait plus l'auteur, que je m'efforçais de retrouver. Je redoute le moment où elle me demandera comment je fais, car, il faut l'avouer, ce n'est pas facile à expliquer. Le hazard (comme l’écrivait et le pensait Nicolas de Staël) me donne l'occasion d'essayer, quand même, de suggérer ce que cela recouvre.

- - Lire.

Mise en ligne le 10 novembre 2014

Les facettes de Nicolas Baullery

3. Baullery et Brueghel à la noce!
«Il y a encore un certain Bolery, qui fait de beaux effets de nuit, des mascarades et autres fêtes semblables, ainsi que des troupeaux à la manière de Bassano. Il se comporte en grand seigneur et se promène à cheval suivi d’un laquais.»

Karel van Mander, Le livre des peintres (Het schilder-boeck), Haarlem, 1604.

La citation de van Mander situe Baullery, dans le cadre du maniérisme international, auprès d'artistes flamands actifs dans leur contrée natale ou dans l'Empire, à Frankenthal ou à Prague, notamment. Les spécialités avancées soulignent la culture populaire plutôt que savante ou, pour mieux dire, intellectualisée, des sujets traités. Même si la seule référence précise à un artiste ayant pu servir de modèle est faite à Bassano, dont on ne mesure peut-être plus aujourd'hui la fortune alors, on ne saurait s'étonner des rapprochements possibles avec l'art de Brueghel et de ses héritiers, sensibles dans ses Nativités comme dans les mentions d'inventaires de son temps, pour s'en tenir aux éléments incontestables. - Lire.

Mise en ligne en octobre 2014

Biographie de Jacques Stella.

Suite et fin du déroulement documenté de la biographie.

- Les dernières grandes commandes,1652-1654.

- Comme un pur effet de son grand amour pour la peinture, 1655-1657

Fin toute provisoire : l’avantage d’Internet est de pouvoir faire des retouches. Parmi celles faites dernièrement sur de précédentes mises en ligne :
- la réhabilitation du tableau de Modena, qui donne un repère important par la première Vierge datée de sa main;
- l’identification de Pierre Carcaville, dont François, le jeune frère de Jacques, parraine un enfant en 1643 : les deux frères semblent bien intégrés au milieu savant de la capitale.

Mise en ligne en octobre 2014

Parcours historiques de la ville de Melun.

Le “Parcours historique” de la ville de Melun consiste en une signalisation, par des plaques de laves émaillées en pupitre ou apposées sur les murs, des principaux éléments du patrimoine historique de la cité (monuments, sites, personnages...) en vingt-sept étapes inaugurées en 2001 (et depuis augmentées), pour une découverte non accompagnée par les visiteurs. Une animation par des guides a été mise en place ensuite autour de thématiques.

Cette année encore, j’en assure trois, dont une nouveauté le 21 septembre : Melun à la Renaissance.

- En prendre connaissance.

Mise en ligne : été 2014

Un Mariage mystique de sainte Catherine pour redécouvrir Pierre Le Tellier.

Le mariage mystique de sainte Catherine étant, par essence, un évènement purement virtuel, il a pris, au cours des siècles des formes assez différentes, quant au lieu et aux témoins éventuels. Notre artiste en exclut tout personnage céleste, le situe dans la nature et donne pour seul personnage supplémentaire saint Joseph, recréant la Sainte Famille pour l’occasion. Il fait donc le choix d’une interprétation évacuant tout merveilleux, donnant toute leur densité aux protagonistes. (...) Avec le type physique du saint Joseph, certains de ces aspects ont probablement suscité le nom de Jacques Stella (...)

- Lire.

Mise en ligne en septembre 2014

Parcours historiques de la ville de Melun.

Le “Parcours historique” de la ville de Melun consiste en une signalisation, par des plaques de laves émaillées en pupitre ou apposées sur les murs, des principaux éléments du patrimoine historique de la cité (monuments, sites, personnages...) en vingt-sept étapes inaugurées en 2001 et depuis augmentées de deux nouvelles, pour la découverte non accompagnée des visiteurs. Une animation par des guides a été mise en place ensuite, avec pour ambition de faire visiter les étapes principales, l’ensemble étant trop long et fatiguant.
Cette année encore, j’en assure trois.

- En prendre connaissance.

Mise en ligne le 2 juillet 2014

Les facettes de Nicolas Baullery
2. Le peintre de van Mander

«Il y a encore un certain Bolery, qui fait de beaux effets de nuit, des mascarades et autres fêtes semblables, ainsi que des troupeaux à la manière de Bassano. Il se comporte en grand seigneur et se promène à cheval suivi d’un laquais.»

Karel van Mander, Le livre des peintres (Het schilder-boeck), Haarlem, 1604.

Van Mander évoque Baullery dès 1604 parmi les artistes contemporains en France : il le mentionne après Fréminet et Dubreuil et avant François Stellaert/Stella, le père de Jacques, mort en 1605. (...) Pour identifier des éléments de la production de Baullery de cette époque, il convient de s'appuyer sur les témoignages sûrs, en particulier les gravures, donc pour cette phase, celles éditées par Le Clerc l'année même de la mort de van Mander, en 1606. (...)

- Lire.

Mise en ligne en juillet 2014

La mort de Saphire, une peinture inédite de François Nicolas, de Bar.

La mort de Saphire est un épisode des Actes des apôtres assez rarement représenté en peinture. Raphaël avait traité un sujet tout voisin, celui de la mort de son époux Ananie - l’une et l’autre coupables aux yeux de Dieu d’avoir gardé de l’argent de la vente de leur champ, destinée à financer les activités des apôtres -; et c’est dans le désir de rivaliser avec lui que Poussin peint précisément ce sujet en 1652. Notre artiste ne se place pas vraiment sur leur terrain, caractérisé par la frontalité de la frise, la rigueur architectural et le hiératisme expressif des dispositions : il préfère la profondeur de champ d’un décor d’architecture vu légèrement de dessus, un canon moindre pour des attitudes plus diversifiées, narratives plutôt qu’exprimant des Passions.

- Lire.

Mise en ligne en juin 2014


Biographie de Jacques Stella :
Les temps incertains, la Fronde (1648-1651).


Suite du déroulement documenté de la biographie, marqué par deux évènements majeurs, la Fronde et la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, et au moment de la mise en place de l’atelier avec les Bouzonnet.

- Lire.

L’oratoire d’Anne d’Autriche au Palais-Royal, et la contribution de Jacques Stella.


L’année 1644, qui suit celle de la disparition de Louis XIII et du début de la Régence de son épouse Anne d’Autriche, est celle d’une entreprise royale à laquelle Stella a contribué, qui a été abordée au gré des monographies des peintres qui ont pu y participer, mais sur laquelle aucune synthèse n’a encore été faite : le décor de l’oratoire de la reine au Palais que le cardinal de Richelieu venait de léguer au roi, devenu Palais-Royal. Être exhaustif est impossible mais des enseignements peuvent déjà être tirés du rassemblement méthodique des informations et des oeuvres identifiées.

- Lire.

Mises en ligne en mai 2014





Les multiples facettes de Nicolas Baullery : 1. Les sources.

En 1988-1989, j’ai participé à cette belle aventure que fut l’exposition voulue par Jean-Pierre Changeux au musée Bossuet, De Nicolo dell’Abate à Nicolas Poussin, en publiant quelques pistes pour mieux comprendre un peintre fort mal connu qui avait pourtant eu la tâche de former Jacques Blanchard : Nicolas Baullery. (...) En créant mon entreprise et le site qui l’accompagne, j’ai pu envisager de reprendre ce travail, et j’ai aussitôt mis en ligne ce qui me semblait tout à la fois constituer un point d’ancrage capital, car datable, mais aussi risquer de recevoir un accueil circonspect : le cas du Hyanthe et Climène provenant de Saint-Germain, pièce exposée au Louvre comme de Toussaint Dubreuil. Je souhaitais donc attendre un peu pour en voir la réception avant d’envisager plus complètement l’artiste. Je n’ai que trop tardé...

- Lire.


La question de l’influence en art : utilité et limites.

Parmi les notions couramment employées en histoire de l’art, celle de l’influence est sans doute une des plus délicates. Soit qu’elle traduise le rayonnement d’un maître qui peut induire une hiérarchie, en quoi la discipline témoigne de nombreux retournements, revalorisant les Impressionnistes, Georges de La Tour, les Le Nain...; soit qu’il s’agisse de souligner l’ascendant subi par un artiste dans le cadre d’un apprentissage, d’un atelier, ou de façon plus diffuse, au sein d’un foyer artistique, elle pose la question de l’autonomie d’une création. Il faut savoir démêler la part contrainte de celle assumée, sinon revendiquée, et pour tout dire, à mesure que le temps passe, les moyens d’y parvenir tiennent de plus en plus du hasard, et les résultats, du pari hypothétique. Pourtant, la question ne peut être escamotée.

- Lire.

Mises en ligne en avril 2014


Biographie de Jacques Stella :

Les temps incertains : les débuts de la Régence (1644-1647).


Suite du déroulement documenté de la biographie, au lendemain de la mort de Louis XIII et jusqu’à la veille de deux évènements majeurs : les débuts de la Fronde et la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

- Lire.

Pour Daniel Ternois

Catalogue de Jacques Stella :

À Florence : oeuvres datables de 1620-1621.


Dernier volet, toujours susceptible de retouches, du catalogue des oeuvres florentines : en complément du petit rassemblement florentin daté explicitement de 1620-1621, voici de quoi témoigner de la seconde partie du séjour florentin de Stella, qui le conduit à une émulation plus ouverte encore avec Callot, et à une confrontation au caravagisme qui, tout en lui demeurant étranger, ne sera pas sans conséquence sur son approche du rôle dramatique de la lumière.

- Lire.

Mises en ligne en février 2014


Un outil méthodologique :

Le traitement numérique de l’image au service du coloris.

Retour sur dix ans de pratique


Depuis que je m’occupe d’un site Internet - ce que je fais en relation avec mon activité libérale d’historien de l’art, soit depuis dix ans -, je suis confronté au traitement de l’image numérique. Les photographies dont on peut disposer sont de qualités variables, non tant en fonction du professionnalisme du preneur de vue que des conditions générales lorsque le cliché fut réalisé : lumière ambiante, état du tableau, impact du cadre... Il suffit d’ouvrir un catalogue monographique pour constater des différences de coloris qui pourraient, sur ce seul critère, mettre en doute une attribution commune.

Contre cela, la solution classique, celle d’un Charles Sterling, est le refus de la couleur pour les reproductions à analyser. La possibilité de traiter l’image, aujourd’hui, ouvre des horizons nouveaux. Encore faut-il procéder avec le minimum de méthode, et accepter la part d’approximation qui est celle de la sensibilité humaine (même si un laboratoire comme Lumière Technology permet d’en réduire considérablement la part subjective). Je voudrais en faire ici l’illustration - si j’ose dire - , à travers quelques cas qui permettent, au demeurant, d’aborder aussi la querelle du coloris au XVIIè siècle.

- Lire.

Mise en ligne 12 janvier 2014





Jacques Stella

La mise en ligne du catalogue de Jacques Stella, qui sera progressive et méthodique, continue avec les ouvrages datables de la première partie du séjour florentin, dédiée à mon professeur Daniel Ternois, comme tout le catalogue de la phase toscane : hommage que je n’ai que trop tardé à faire envers sa grande rigueur intellectuelle, son infatigable sensibilité... et sa patiente direction de mes travaux universitaires.

- Lire.

Mise en ligne le 10 décembre 2013

Les Pastorales continuent de resurgir, cette fois par un dessin en rapport avec une peinture identifiée, pour Le frappe-main, dit aussi La main chaude. Nouvel éclairage sur la question de l’atelier, nouvelle occasion d’évaluer la profonde originalité de l’oncle.

- Lire.

Mise en ligne le 19 décembre 2013



Rééditions


La gestion limitée de l’espace par le serveur de mon site m’avait conduit a retirer régulièrement des études dont la pertinence demeure. Le problème ne se posant désormais plus, et pour retrouver certains des jalons de ces dix ans de D’histoire & d’@rt, les plus importantes seront progressivement remises en ligne tel quel, avec pour seul toilettage la mise en forme. Elles donneront lieu, pour certaines, à des suites que j’espère pouvoir mener à bien rapidement.
En voici un premier bouquet.
Bonne (re-)lecture!

- Nicolas Baullery au Louvre.

Mise en ligne initiale en 2005

- Errard au Parlement de Rennes

Mise en ligne initiale en 2005

- Sujet rare pour peintre rare : le Dinocrate de Pierre Monier

Mise en ligne initiale en octobre 2008

D’histoire & d’@rt a eu 10 ans
le 10 octobre



À cet anniversaire correspond la mise en ligne du catalogue de Jacques Stella, qui sera progressive et méthodique. Les ouvrages datés du séjour florentin ouvrent le bal. La biographie avance, pour atteindre la fin du règne de Louis XIII.
- Table du catalogue, avec préambule.
- Table et introduction du catalogue florentin.
- Table des oeuvres datées de 1618-1619.
- Table des oeuvres datées de 1620-1621.

Mises en ligne le 10 octobre 2013


- Biographie de Jacques Stella : Au temps de Louis XIII (1636-1643)



Je me suis penché sur un autre anniversaire, le millénaire de Notre-Dame de Melun, donc sur la date de fondation de la collégiale.

- Lire.

Mise en ligne le 3 octobre 2013


Reflets du temps qui passe, des suites à donner, voici deux compléments à de précédents articles.
L’Annonciation de la cathédrale de Meaux.
- Voir la vidéo.

Mise en ligne le 3 octobre 2013

- Une Adoration des mages inédite de Nicolas de Plattemontagne

Mise en ligne le 14 octobre 2013


L’Annonciation de la cathédrale de Meaux.


L’Annonciation conservée dans la cathédrale de Meaux y est répertoriée depuis le XVIIè siècle, quasi depuis son installation par Dominique de Ligny, évêque du lieu en 1661. La mention publiée la plus ancienne se trouve dans l’ouvrage de Toussaint du Plessis édité en 1731, mais dès avant 1689 (voire 1684), la peinture est signalée par le curé Pierre Janvier (1618-1689) dans un manuscrit en sept volumes intitulé Fastes et annales de l’Eglise de Meaux conservé à la médiathèque de Meaux. Rares sont les peintures à l’historique si nettement cerné, et pourtant, celle-ci garde une part d’ombre, et ce depuis les premiers temps : l’identité précise de son auteur. Le projet de restauration qui la concerne pourrait lever ce voile. Voici de quoi s’y préparer, par la présentation de ce qui pouvait tout autant motiver le nom affirmé - Stella - que les réserves émises.

- Lire.

Mise en ligne le 9 septembre 2013

- Biographie de Jacques Stella : Quitter Rome (1633-1635)
Deux peintures de Rémy Vuibert à Lagny (Seine-et-Marne)

Tout commence avec la mention ancienne d’une peinture de Charles-Alphonse Dufresnoy, celle qu’en fait Félibien en 1688 : “il peignit un grand tableau d’autel pour une église de Lagny, où il représenta l’Assomption de la Vierge & les douze apostres, le tout grand comme nature”. (...)

- Lire.

Mise en ligne initiale en 2005

- Post-scriptum... sur une signature.

Mise en ligne en septembre 2013

«Oeuvres en quête d’auteur» :
le cas de la Délivrance de saint Pierre


Arnauld Brejon de Lavergnée vient de faire l’objet d’un livre d’hommages venant récompenser des compétences et une générosité largement appréciées. Sans autre lien avec moi que le partage de la passion de l’histoire de l’art, il a régulièrement fait preuve à mon égard de très favorables dispositions dont je ne peux que lui savoir gré. Aussi, j’aimerais ici m’associer à ces témoignages mérités d’amitié et de reconnaissance à propos d’une peinture qu’il connaît bien : il avait fait partie des éminents spécialistes consultés pour l’exposition Trésors sacrés, trésors cachés. Patrimoine des églises de Seine-et-Marne, qui s’est tenue en septembre-octobre 1988 au Palais du Luxembourg et à laquelle participait la Délivrance de saint Pierre conservée dans l’église de Rozay.

- Lire.

Mise en ligne en juillet 2013


Parcours historiques de la ville de Melun.


Le “Parcours historique” de la ville de Melun consiste en une signalisation, par des plaques de laves émaillées en pupitre ou apposées sur les murs, des principaux éléments du patrimoine historique de la cité (monuments, sites, personnages...) en vingt-sept étapes inaugurées en 2001 et depuis augmentées de deux nouvelles, pour la découverte non accompagnée des visiteurs. Une animation par des guides a été mise en place ensuite, avec pour ambition de faire visiter les étapes principales, l’ensemble étant trop long et fatiguant.

Cette année encore, j’en assure trois.

- En prendre connaissance.

Mise en ligne le 2 juillet 2013



À propos d’une étude de Jamie Mulherron.
Claudine et Jacques Stella. Quel auteur pour les Pastorales?


Travaillant sur une révision du catalogue des estampes des soeurs Bouzonnet à partir de celui de Roger-Armand Weigert pour mieux cerner, notamment, la personnalité de Claudine, l’aînée, j’ai trouvé sur Internet l’étude que Jamie Mulherron a consacrée à celle-ci et à son oncle à propos des Pastorales (Print quarterly, t. XXV, 2008 n°4). Dans la même revue quelques mois plus tôt, cet auteur avait contribué de façon décisive à une meilleure perception de Jacques, en lui retirant un ensemble de dessins qui avaient été rapprochés de cette suite gravée (y compris par moi, dans un premier temps, pour l’un d’entre eux), pour les donner à Claude Simpol.

Sans l’affirmer tout à fait, le fond de l’article de Jamie Mulherron consiste à pareillement dépouiller Jacques mais au profit de Claudine, qui aurait inventé les Pastorales.

- Lire.



Biographie de Jacques Stella, suite.
Les succès romains, 1622-1632


Suite de la synthèse sur la chronologie du peintre, étoffant le travail déjà remarquable de M. Szanto (2006) et qui permet de prendre définitivement conscience de sa place très en vue dans la Ville éternelle dans ces années.

Lire

Mises en ligne en mai 2013

Autour de
Claude Vignon
et de la
spiritualité
« précieuse» .
La Pietà pour Cadillac, de Vignon à Brebiette.
La Tribune de l’art a fait état de l’acquisition récente, pour le château de Cadillac et par le Centre des Monuments Nationaux auprès de la galerie Mendès, d’une Pietà présentée comme de Claude Vignon. En en prenant connaissance, j’ai reconnu un esprit voisin au peintre mais une atmosphère légèrement différente.

- Lire.

Mise en ligne le 16 mars 2013

Claude Vignon (1593-1671), Saint Mamert au pied de la croix
Notice inutilisée pour le catalogue Bossuet, miroir du Grand Siècle de 2004.

- Lire.

Mise en ligne le 16 mars 2013

Le Brun énigmatique.

Le Supplice de Mézence, enjeux d’une esquisse.

Vient de réapparaître un tableau situé dans l’entourage de Charles Le Brun et interprété comme le Martyre de saint Gervais et saint Protais. Cette lecture est sans doute motivée par la présence de deux personnes confrontées à la mort mais en réalité, il s’agit d’un supplice infligé par un personnage réputé pour sa cruauté, Mézence, et qui consistait à attacher le condamné à un cadavre.

- Lire.

Mise en ligne le 16 février 2013

La Vierge au chardonneret Piasecka.

Une peinture de Jacques Stella


En juillet 2009 à Londres, chez Sotheby’s, était mise en vente une Vierge à l’Enfant de la collection Piasecka Johnson, sous le numéro 30 resté invendu. Détail charmant, un chardonneret posé sur la main gauche de l’enfant vient picorer la cerise que celui-ci tient de la droite. L’innocence de la scène n’est, bien sûr, qu’apparente, mais l’iconographie demeure souriante, expliquant l’expression de la Vierge : l’oiseau évoque l’âme, qui s’envole au moment de la mort, et la cerise, fruit du Paradis, la promesse du Ciel.

- Lire.

Mise en ligne le 16 février 2013

À propos de l’exposition
“Un temps de splendeur”

L’exposition Henri IV à Fontainebleau. Un temps de splendeur (Fontainebleau, 7 novembre 2010 - 28 février 2011) a été le support d’une importante synthèse sur une question qui, pour la peinture, a fait l’objet de longs développements dans ma thèse. J’aimerais reprendre ici certains points à la lumière de recherches et de découvertes faites il y a déjà plus de vingt ans, ici renouvelées.

1. La chapelle de la Trinité : un document inédit sur son achèvement.

- Lire.

Association de peintres et sculpteurs pour Fontainebleau, 1627-1628

- Lire.

Mises en ligne en décembre 2012

De pierres et d’art :

Le Repos pendant la fuite en Egypte,

peinture inédite de Jacques Stella


L’art de la peinture sur pierre s’est particulièrement développé en Italie au XVIè siècle, à partir du foyer vénitien puis se répandant bien au-delà, notamment à Vérone, Florence ou Rome, et jusqu’en France ou en Flandres, dans la première moitié du XVIIè siècle. Les créations les plus passionnantes sont celles qui partent des propositions de la pierre. Dans ce domaine, Jacques Stella, qui se forma sans doute à cette technique lors de son séjour en Toscane (1616-1621), excellait. Un nouvel exemple vient en donner une preuve magistrale, soutenant à merveille la réputation acquise auprès des plus grands mécènes.

- Lire.

Mise en ligne le 10 décembre 2012

Et de trois! Réapparition du Frappe-main,

Pastorale de Jacques Stella



Une troisième “pastorale” de Jacques Stella est apparue en vente, et a rejoint les deux précédentes dans la collection qui les conserve. Les dimensions sont identiques (environ 50 x 60 cm), et elle est dotée d’un cadre datant du début du XIXè siècle en tout point semblable à celui de la Danse, signe d’un destin comparable depuis deux siècles, puisqu’elle provient de la même collection. Cette particularité contribue, en quelque manière, à la cohérence du petit ensemble qui se reconstitue, marqué par la même qualité de touche et sa correspondance avec le coloris de Stella dans ses dernières années.

- Lire.

Mise en ligne le 14 juillet 2012

Jacques Stella par Jacques Thuillier, II. Livre en main : le catalogue des oeuvres.
Peintre du roi et de la régence : Minerve et les muses et Clélie
.

La redistribution opérée par Jacques Thuillier après la réapparition de la Sainte famille de Montpellier, datée de 1633, concerne encore deux peintures profanes qui pourraient avoir une origine royale : Clélie, provenant du Palais-Royal au temps du Régent (inventorié en 1724) et passée ensuite par Saint-Cloud, et Minerve et les Muses, mentionnée à la Ménagerie de Versailles au début du XVIIIè siècle.

- Lire.

Mise en ligne le 20 juin 2012




Festival d’Histoire de l’art 2012: Annonce

Comme l’an passé, j’y participerai : la conservation des antiquités et objets d’art de Seine-et-Marne, désormais dirigée par Émilie Beck-Saiello qui succède à Monique Billat, propose une exposition photographique à propos de 10 oeuvres en quête d’auteurs, pour laquelle des attributions ont été faites. Elle est accompagnée d’interventions de spécialistes à leur propos le samedi 2 juin, dans le Hall d’entrée du théatre municipal.

Vous trouverez ici les principales images de comparaison de mon intervention.

Mises en ligne le 28 mai 2012

Le jeune Philippe de Champaigne

à l’épreuve du temps (1621 - vers 1630)

1. Auprès de Georges Lallemant et de Nicolas Duchesne : le cas du tableau de Montigny-Lencoup. - Lire.
Mise en ligne le 31 mars 2011


2. Champaigne en Champagne : autour des peintures de Pont-sur-Seine. - Lire.
Mise en ligne le 18 mai 2011


3. Champaigne au Carmel. - Lire.
Mise en ligne le 11 octobre 2011

4. Champaigne, Jean Mosnier et le Palais du Luxembourg.

Ce dernier chapitre est paradoxal. C’est lui qui a motivé, au fond, tout ce qui précède et la recherche pour déterminer quelle pouvait être l’avancée du style de Philippe de Champaigne au moment du chantier du Palais du Luxembourg, à partir de l’intuition que la part qui lui était généralement donnée échappait à l’examen réellement critique. Ce sentiment était né de la découverte des peintures de Pont-sur-Seine, pour certaines clairement contemporaines de l’entreprise médicéenne.

- Lire.
Mise en ligne le 11 mars 2012

HOMMAGE À JACQUES THUILLIER


Deux propositions pour : Claude Mellan peintre


Claude Mellan est sans doute l’un des grands graveurs du XVIIè siècle. Il est aussi, depuis longtemps, une énigme quant à sa peinture. Qu’il ait tenu les pinceaux ne fait guère de doute : les mentions portées sur une vingtaine de gravures, tout au long de sa vie, sont confirmées par les documents ou les témoignages de son temps, en particulier celui de La Mothe Le Vayer en 1648, rappelé par Maxime Préaud en 1988. Son métier de graveur même, comme l’a souligné Jacques Thuillier, trahit une approche picturale qui s’exprime dans cette volonté de s’affranchir des contours nets pour suggérer les formes par l’ombre et la lumière.(...).

- Lire.
Mise en ligne le 20 décembre 2011

Jacques Thuillier
(1928-2011)

Jacques Thuillier est mort le 18 octobre dernier.

Je voudrais d’abord évoquer quelques souvenirs. Je ne sais plus comment j’en suis venu à fréquenter régulièrement les cours qu’il professait au Collège de France le jeudi soir ou le vendredi après-midi, dans les années 1980, alors que j’étais encore étudiant. Sans doute Jacques Stella m’y avait-il incité (...).

- Lire.
Mise en ligne le 5 décembre 2011

Un tableau inédit de Nicolas de Plattemontagne :

Le Christ et la Samaritaine.



L’internet est devenu une ressource incontournable et précieuse pour la recherche, notamment pour l’histoire de l’art : l’image y est reine. Les découvertes n’y manquent pas. J’aimerais reprendre ici une habitude un peu délaissée pour des études de longue haleine : consacrer des notices à des oeuvres mal attribuées ou anonymes que la Toile nous propose ingénument. Je recommencerai ici avec Nicolas de Plattemontagne.

- Lire.

Mise en ligne le 3 octobre 2011

Première édition du Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau 27-29 mai 2011.

Mise en ligne le 18 mai 2011


France-Italie : quel enseignement pour l’histoire de l’art dans l’enseignement obligatoire? Table ronde du 28 mai 2011
Compte-rendu

Mise en ligne le 7 juin 2011

Mise en ligne le 29 mars 2011
Un Hollandais de passage en 1663.

La préparation de l’exposition Richelieu nous a mis en présence de nombreuses descriptions assez largement inexploitées. Le catalogue en révèle une qui n’avait été utilisée que partiellement (celle du duc de Brunswick en 1659) et plusieurs autres faites par des Hollandais, apparemment friands du lieu.

L’un d’eux a produit deux journaux particulièrement précieux de voyages effectués en 1646 et 1663 : Willem Schellinks (1627-1678), peintre amstellodamois.

- Lire.

Visites de Melun : saison 2011

Frère Luc dessinateur : trois nouveaux exemples.

Claude François, en religion Frère Luc (1614-1685), est sans doute l’un des peintres du XVIIè siècle les plus prolixes en matière de sujets religieux. (...) L'artiste vient d'être honoré par Sézanne, notamment par une journée d'étude le 23 novembre dernier, prometteuse de découvertes lorsque les actes en seront publiés.
En comparaison, son œuvre dessiné demeurait jusqu’alors limité à la portion congrue : une feuille publiée par Marie-Thérèse Laureilhe en 1984. Cette étude souhaite proposer, au travers de trois nouvelles, une première approche de sa conception du dessin.

- Lire.


Mise en ligne le 29 décembre 2010

Appel de dernière minute.

Au sein du comité scientifique (avec Paola Bassani-Pacht, Christine Toulier, Alexandre Gady et Jean-Luc Martinez), auprès des musées d’Orléans et de Tours et avec la contribution de plusieurs autres spécialistes (Pauline Chambrier, Nicole de Reyniès, Stijn Alsteens, Christian Jouhaud, Patrick Michel, Pierre Rosenberg, John Schloder, Grégory Vouhé), je collabore à la préparation d’une exposition sur le château de Richelieu, intérieur et extérieur, qui doit ouvrir en mars 2010.

Il s’agit d’une évocation du château de Richelieu dans toutes ses composantes, cherchant à restituer avec le plus exactement possible l’architecture et les jardins, la sculpture antique abondante, la peinture au programme et au style complexes mais cohérents et son rayonnement, la tapisserie, les objets d’art, le regard des visiteurs au XVIIè siècle, la place de la sculpture moderne, ainsi que leur destin après le cardinal.

Il y a déjà beaucoup à dire mais puisque nous ambitionnons une monographie complète, toute information inédite est encore la bienvenue - par exemple si vous savez où se touve le tableau ci-contre. Merci de la faire parvenir
ici.

Sylvain Kerspern, le 23 avril 2010

Les Conservateurs des Antiquités et Objets d’Art

Il y a plus de vingt ans, je me suis retrouvé pris dans une aventure humaine, esthétique et scientifique : l’exposition témoignant de la richesse du patrimoine religieux de Seine-et-Marne. Ce fut l’occasion de tournées parfois homériques et d’une multitude de découvertes qui devaient déboucher sur une manifestation très suivie, unanimement saluée - et sur le plan personnel, sur l’élaboration du thème qui allait faire la substance de ma thèse.
Mon approche du patrimoine artistique était jusqu’alors très muséale, plutôt figée. Tout un pan méconnu sinon inconnu s’ouvrait à moi...

- Lire.
Mise en ligne le 22 avril 2010

Deux Pastorales retrouvent des couleurs.

Coup sur coup, deux peintures en rapport avec les Pastorales gravées par Claudine Bouzonnet d’après Jacques Stella sont réapparues qui méritent l’attention. Si des tableaux, repérés ici ou là, ont été mis en rapport avec cet ensemble, aucun n’a encore été reconnu comme ayant fait partie de la suite peinte par l’oncle. Qu’est-ce qui plaide en faveur de ceux-ci?

Une redécouverte fondamentale pour la compréhension des ambitions de Stella.

- Lire.


Mise en ligne le 23 janvier 2010

Regard sur une exposition.
QUEL MOYEN-ÂGE À MELUN?

Exposition jusqu’au 20 décembre 2009 au musée de Melun.


La question est curieusement posée, et pourtant elle résume bien la difficulté à cerner les contours de la mémoire du Moyen-Âge dans une ville dont le passé royal très réel est pourtant aujourd’hui évanescent. Cette exposition propose donc d’en apporter le témoignage, et ne manque pas d’arguments pour le faire.

- Lire la suite.

Deux mises à jour : ABF et ZPPAUP - Inaliénabilité

Mise en ligne le 12 décembre 2009

Regard sur une exposition et son catalogue.
Bourbonnais, baroque?

Souvigny, jusqu’au 11 novembre 2009


Le point d’interrogation du titre est bien venu. Il suppose une question - y-a-t-il une réalité baroque en Bourbonnais? - et laisse au visiteur le soin d’y répondre. Il se peut aussi qu’il provienne de l’insatisfaction de n’avoir pu mener intégralement un projet plus ambitieux, abandonné en raison d’exigences sans commune mesure avec la réalité des besoins, imposées par les instances patrimoniales. Il faut encore tenir compte de la modestie des organisateurs, Annie Regond et Henri Delorme, qui soulignent volontiers le temps de préparation court pour ce faire. Il faut donc prendre l’exposition comme la préface aux recherches dont le catalogue témoigne plus complètement. - Lire la suite.

Mise en ligne le 12 octobre 2009

Une nouvelle rubrique Autour de Melun, la Brie et le patrimoine local (Vaux, Fontainebleau, Meaux, Provins...).

Pourquoi une rubrique d’histoire locale? Citoyen du monde, j’ai néanmoins tissé des liens avec un terroir, une géographie comme une histoire locales. Je suis né à Melun et si j’ai déménagé plusieurs fois, ce ne fut jamais bien loin. Ma thèse de doctorat en histoire de l’art, atypique, confrontait peintres et mécènes au XVIIè siècle en Brie, dont cette ville relève. J’y vis toujours. Toutefois, je n’en ferais pas une page du site si cela ne participait de mes activités professionnelles. - Voir.

Mise en ligne le 14 août 2009

Cette création m’a donné l’occasion de revoir et toiletter le site en son entier, redistribuant certains sujets et dédiant à son sommaire une page particulière - autre innovation.

Catalogue de l’exposition Simon Vouet - Les années italiennes, 1613/1627
II. Chronologie des années italiennes de Vouet : définir une évolution.

La chronologie d’un peintre, au même titre que les problèmes d’attribution, peut passer pour un exercice d’expert sans réelle incidence, au fond, sur l’appréciation des oeuvres. Il n’en est rien : le travail de catalographe doit prendre en compte les différents paramètres qui président à la création artistique, qu’il s’agisse du contexte politique, culturel, économique, sociologique, de la personnalité du créateur et de ses préoccupations, de sa volonté d’inscription dans son époque et dans la tradition, de son avancée dans la vie, etc. - Lire la suite.

Mise en ligne le 30 juin 2009

Regard sur une exposition et son catalogue. Peintures du musée du Château de Blois. XVIè - XVIIIè siècles

Depuis le 15 novembre 2008 et jusqu’au 20 octobre 2009 se tient au château de Blois une remarquable exposition consacrée aux collections anciennes de peintures du musée qui lui est rattaché, sous la direction d’Hélène Lebédel-Carbonel, responsable de ses collections. Le catalogue l’est tout autant, aussi bien par les contributions de plumes réputées que par le travail précis et abouti de la conservatrice, qui laisse assez peu de place, au bout du compte au commentaire. J’en ferais quand même ici, ne serait-ce que pour inciter mes lecteurs à ne pas la manquer...

- Lire la suite.

Mis en ligne le 5 mai 2009

Le décor de Philippe de Champaigne au Palais Cardinal. Un important dessin inédit.

Le premier avril dernier à Paris est passé en vente un dessin présenté comme d’un suiveur de Fontebasso, l’inscrivant sans doute au bénéfice du raccourci spectaculaire dans l’école vénitienne du XVIIIè siècle. Il s’agit en fait d’une feuille où se reconnaît le style de Philippe de Champaigne et qu’il est possible de rattacher à une de ses commandes majeures depuis longtemps démembrée.

- Lire la suite.

Mis en ligne le 11 avril 2009


L’histoire de l’art sur appels d’offre.

Depuis quelques années maintenant, une mutation s’est opérée dans le travail de recherches sur le patrimoine en France. La décentralisation a conduit à un transfert des responsabilités en la matière. (...) Le recours à l’avis d’appel d’offres semble avoir été la principale réponse trouvée aux besoins en la matière. Est-ce la bonne solution?

- Lire la suite.

Patrimoine et Environnement.
Précisions sur l’avis conforme des Architectes des Bâtiments de France.

Le Parlement a examiné récemment la fin de “l’avis conforme” des Architectes des Bâtiments de France, soit la réponse faite pour une construction dans le périmètre d’un Monument Historique.

- Lire la suite.

Mis en ligne le 21 mars 2009

Catalogue de l’exposition Simon Vouet - Les années italiennes, 1613/1627

I. Les effigies de Vouet

L’exposition coorganisée par les musées de Nantes et de Besançon sur les années italiennes de Simon Vouet (1613-1627) constitue assurément un évènement dans le domaine de l’histoire de l’art français et italien du XVIIè siècle. Elle appelle des commentaires et, déjà, le site de La tribune de l’art s’est fait l’écho de débats contradictoires à son propos.
Voici ma contribution. (...) Je voudrais commencer par le cas des portraits de l’artiste.

- Lire la suite.
Mis en ligne le 17 mars 2009


*
Jacques Stella par Jacques Thuillier, II. Livre en main : le catalogue des oeuvres
Le jugement de Salomon de Vienne, entre Rome et Paris?

Voilà une pièce capitale qui témoigne bien de la fortune cahotique et souvent négative de Jacques Stella, significative de la méprise sur la nature des liens avec Poussin, et de l’usage qui a pu en être fait.
- Lire la suite.

Mis en ligne le 24 janvier 2009.






Un Retour très inattendu.
Réapparition du Retour d’Égypte peint par Jacques Stella (gravé par Claude Goyrand)

Sylvain Laveissière et Jacques Thuillier reproduisent tous deux la gravure de Claude Goyrand d’après un Retour d’Égypte de Jacques Stella. Leurs commentaires diffèrent de beaucoup... - Lire la suite.

Mis en ligne le 26 janvier 2009

Supplément à l'oeuvre des Stella.
L’Adoration des bergers vendue chez Christie’s à Paris le 16 novembre 2008.

Mis en ligne le 10 décembre 2008.

Il Goffreddo di Monsù Vignon. À propos d’un texte en rapport avec la peinture pour le duc de Chevreuse.

Dans sa monographie exemplaire sur un artiste ô combien difficile par l’esprit même qui l’anime, “précieux” et désinvolte, Paola Bassani Pacht a consacré une notice fouillée sur la peinture, aujourd’hui conservée dans l’église parisienne Saint-Roch, représentant Godefroy de Bouillon victorieux. (...) Je voudrais simplement apporter un petit éclairage sur le contexte de la création de cette peinture.

Mis en ligne le 18 novembre 2008.


“D’histoire & d’@rt”, entreprise auquel ce site sert aussi de vitrine, existe depuis cinq ans. Belle occasion pour quelques nouvelles mises en lignes, en attendant la création d’une nouvelle page qui ne saurait tarder. Et pour remercier ceux qui ont contribué, par leur soutien ou les demandes d’études (certains sont mentionnés en page “Dhdakes”) à ce qu’une aventure apparemment insensée devienne une entreprise certes fragile mais viable.

Avec une pensée pour ceux que j’aime et qui m’aiment.





Mis en ligne le 31 octobre 2008.

La Vierge à l’Enfant endormi attribuée à Jacques Stella vendue le 28 septembre 2008, à Troyes.
Autographie, datation, signification
Le 28 septembre dernier, à Troyes, est passée en vente une peinture attribuée à Jacques Stella représentant une Vierge adorant l’Enfant endormi tout à fait dans le goût de l’artiste. (...). Je voudrais m’appuyer sur son étude pour proposer une réflexion à propos d’un des aspects de la recherche en histoire de l’art : l’attribution et ses différentes composantes (autographie, datation...) dans leur rapport à l’expression artistique..

- Lire l’article.

Mis en ligne le 10 octobre 2008.


Sujet rare pour peintre rare : à propos du Dinocrate
récemment passé en vente à Paris.
Le 26 juin dernier, chez Tajan, il a été vendu une importante composition au sujet rare, montrant l'architecte Dinocrate qui présente à Alexandre son projet pour le Mont Athos. (...) La notice du catalogue de vente le met en rapport avec un autre tableau au sujet aussi rare, Alexandre refusant l'eau offerte par ses soldats, vendu à L'Isle-Adam le 20 juin 1993 sous l'attribution à Charles Le Brun et son entourage. (...) J'avoue avoir longtemps été muet à ce propos pour le tableau de L'Isle-Adam, pour lequel Jean-Claude Boyer a fait une intéressante proposition en faveur de Jean-Baptiste Corneille. Celui vendu en juin dernier, à la facture plus clairement définie, me paraît pouvoir soutenir une hypothèse en faveur d’un artiste proche mais plus rare.

- Lire.

Mis en ligne le 8 septembre 2008.


Humanisme et écologie, progrès et décroissance.
Quelques réflexions à partir de l’histoire de l’art.

De plus en plus nombreux sont ceux qui prennent conscience que nous sommes certainement à un tournant essentiel de l'histoire de l'humanité et de la planète en son entier. Il peut être bon de s'interroger sur ce qui nous a amené là, à l'échelle des siècles. Je vous livre ici les indices dont je peux disposer sur cette évolution et qui se rattachent à l'histoire de l'art et plus largement de la civilisation qui est la nôtre.



Mis en ligne le 25 mai 2008. Retouches le 20 août 2008

UNE NOUVELLE PAGE CONSACRÉE À LA LITTÉRATURE D'’HISTOIRE DE L’ART :

Les publications en histoire de l’art ont augmenté en nombre et en qualité. Toutefois, on ne trouvera pas ici un panorama tant soit peu représentatif (La tribune de l’art le fait très bien) mais des ouvrages qui, pour des raisons diverses, ont suscité de ma part des réactions. Les mises en ligne initiales donnent le ton - mais des escapades hors de mes sentiers habituels ne sont pas impossibles.
Par ailleurs, il m’a paru plus cohérent de faire migrer vers cette page la recension de la monographie consacrée par Jacques Thuillier à Stella, inaugurée sur la page qui porte son nom - et qui devrait être rapidement dense par le développement de la biographie. Cette migration estivale accompagne un ajout important concernant notamment le carton et la tapisserie du Mariage de la Vierge pour Notre-Dame

S.K.

En forme d’emblème. La Mort astrologue de Jacques Stella.

Cette image insolite, par sa destination et ce qu'elle met en scène - l’oeuvre d’une vie et son accomplissement, son rayonnement par-delà la mort et sa place dans un schéma plus vaste - évoque tout le travail de ce que l’on appelle une “fortune critique”.(...)

Jacques Linard 1597 - 1645. Catalogue de l’oeuvre peint par Philippe Nusbaumer
Voilà un catalogue atypique. Il annonce la couleur et il ne faut pas s’attendre à un “essai” sur l’artiste mais à un catalogue centré sur les ouvrages connus ou attribués à l’artiste, que l’auteur prend pour seuls interlocuteurs (le travail biographique ayant été fait naguère par Michaël Szanto, le livre en reprend simplement l’essentiel). (...).

Jacques Stella par Jacques Thuillier, II. Livre en main : le catalogue des oeuvres (en cours, Mars/Juillet 2008 : Italie; De Rome à Paris...)
En préambule, il faut rappeler le titre donné, qui borne déjà l'ambition : catalogue des oeuvres, non de l'oeuvre. Cette partie est donc conçue comme le traitement méthodique du rassemblement des ouvrages sans prétention exhaustive. Ce qui suit s'en inspire et ne prétend pas combler toutes les lacunes possibles des deux catalogues récemment consacrés à l'artiste. (...)

Mis en ligne le 19 avril 2008

RETOUCHES DE LA PAGE JACQUES STELLA (MARS-AVRIL 2008):

Suppléments à l'oeuvre des Stella.

Ouvrages réapparus après le catalogue de l'exposition de Lyon et Toulouse et la monographie Jacques Thuillier (2006)


Mis en ligne le 29 février 2008


À PROPOS DE NICOLAS PRÉVOST ET DE JACQUES STELLA :
L’APPORT DE LA MORT DE CLÉOPÂTRE.

Nicolas Prévost fait partie de ces artistes que l’historiographie récente a permis de ramener à la lumière. Les travaux de Robert Fohr et de John Schloder, puis la redécouverte par Éric Moinet dans les réserves du Musée des Beaux-Arts d’Orléans de toiles provenant du décor du château de Richelieu ont progressivement constitué un ensemble de peintures qu’il faut compléter, pour les dessins, de ce que Jacques Thuillier a pu rassembler en marge du catalogue de Jacques Blanchard.

Pourtant, son style ne s’est pas clairement dégagé et j’ai moi-même proposé de distraire de l’oeuvre supposé quelques unes des peintures pour la demeure poitevine du cardinal, au profit de Jean Mosnier. La prochaine exposition consacrée au décor de ce château, organisée par les musées d’Orléans et de Tours, sera l’occasion d’une importante mise au point au sujet de ces deux artistes. Je voudrais ici revenir sur Nicolas Prévost à l’occasion de la réapparition d’une de ses productions.

- Lire la suite.

Inaliénabilité des oeuvres d’art : à propos d’une autre rupture.

Mis en ligne le 18 février 2008

Au moment où le rapport Rigaud sur la question tarde à être remis, je voudrais dire deux mots sur le projet de renoncement au principe d’inaliénabilité des collections publiques françaises.
Il s’agit là d’une tradition française qui tient à son histoire, encore renforcée par la rupture qu’a constitué la Révolution. Elle est indissolublement liée à la notion de patrimoine telle qu’elle s’est constituée en France. Relire l’étude publiée ici sur le patrimoine et l’écologie permettra d’en comprendre certains des aspects qui sous-tendent le débat.

Cette notion très française à l’origine, issue de la commémoration exaltée d’un passé dense et complexe, des ruptures qui l’ont constitué et qui sont autant de raisons de le réévaluer, a acquis un caractère universaliste dans les actions menées par l’Unesco pour la préservation d’éléments du Patrimoine mondial. Pourquoi donc revenir dessus, maintenant, en France?

- Lire la suite.

LA PERSPECTIVE CENTRALE RENAISSANTE.
Invention, démonstrations, miroirs et reflets (Italie-France, XVè-XVIIè siècles).

La perspective mise au point à la Renaissance est sans doute l’un des sujets d’histoire de l’art disposant de la plus abondante bibliographie. Cela se comprend : elle se trouve au cœur même de la mutation historique qui s’opère alors dans les arts, de l’univers médiéval au monde moderne. Néanmoins, force est de constater que cette abondance a multiplié les approches sans véritablement clarifier les informations. Le but de cette étude est d’y remédier à partir de la traduction récente en français de deux traités fondateurs sur la question (Alberti en 1435-1466 et Piero della Francesca), source d’éclaircissements sur le cheminement suivi par Filippo Brunelleschi (1377-1446), son inventeur.

- Lire la suite.


Conserver, préserver. Réflexion sur les rapports entre patrimoine historique et nécessités écologiques

L'histoire, l'histoire de l'art et le patrimoine sont, si l'on peut dire, de plus en plus d'actualité. Qu'ils soient promus, recherchés, courtisés ou menaçés, notre société les place volontiers parmi ses principaux centres d'intérêts. Manifestement, l'écologie et les préoccupations environnementales bénéficient d'un traitement aussi favorable, sinon plus, ces temps-ci, qui sont ceux du Grenelle environnement. S'en réjouir ne suffit pas.

- Lire la suite.

L’histoire de l’art à l’école : comprendre l’initiative de Nicolas Sarkozy

Dans une lettre de mission de juillet 2007 adressée à Madame Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, le président de la République Nicolas Sarkzoy lui donne pour première tâche la démocratisation culturelle, appuyée sur une éducation culturelle et artistique dont il souhaite qu’elle soit considérée comme une priorité par le ministère et celui de l’Éducation nationale.

- Lire la suite.

Toute une page pour Jacques Stella

Désormais, Jacques Stella a sa page sur le site “D’histoire & d’@rt”.

Si certains éléments “historiques” (parce que liés à l’histoire du site) demeurent sur les pages Varia et Archives, où ils ont été primitivement hébergés, d’autres, éléments fondamentaux de la connaissance de Stella, y ont pris place. Plusieurs nouveautés qui en suggèrent l’orientation s’y ajoutent dès maintenant :
- une chronologie de l’artiste, synthèse des monographies qui viennent de paraître et d’informations inédites; à commencer par l’enfance et la première formation lyonnaise;
- la bibliographie en rapport avec cette biographie chronologique.

Je signalerai également les ouvrages importants réapparus.

Jacques Stella par Jacques Thuillier : - I. Biographie

Jacques Thuillier, plus que quiconque, a contribué à l'examen neuf de l'art de Jacques Stella, dont l'estime, parmi les historiens mêmes, était au plus bas lorsqu'il publia sur lui une étude dans le cadre du colloque consacré, en 1958, à Nicolas Poussin. Jusqu'à l'exposition de Lyon (et Toulouse), aucune publication n'était vraiment venue la renouveler. L'ouvrage monographique promis était forcément très attendu.

Lire la recension.

Édition spéciale exposition Stella

*Redécouvrir Jacques Stella : le cas du Tarquin et Lucrèce.... - Lire la suite.



*Documents sur les Stella.


*Nouvelle rubrique, nouveau service : l'Observato'@rt.

Les exemples choisis mettent Jacques Stella en vedette.

L’art sans spectateur, sans regard sensible et véritable, voit sa tendance “naturelle” à disparaître s’accélérer. Car l’histoire de l’art, comme l’histoire, a quelque chose d’une course contre la montre, contre la mort. Et propose, inversément, une leçon de vie...
*Initiation à l’histoire de l’art.
*Cours, conférences et parcours à Melun
Courriels : sylvainkerspern@gmail.com - sylvainkerspern@hotmail.fr.
Dernières lettres d’information :
2016
-
60 (août)
- 59 (juin)
- 58 (mai/2)
- 57 (mai)
- 56 (mars)
- 55 (février)
- 54 (janvier)
2015
- 53 (décembre)
- 52 (octobre)
- 51 (septembre)
- 50 (juillet)
- 49 (juin)
- 48 (mai)
- 47 (avril)
- 46 (mars)
- 45 (février)
- 44 (janvier)
2014 : 43 - 42 - 41 - 40 - 39 - 38 - 37 - 36
2013 : 35 - 34 - 33 - 32 - 31 - 30 - 29
2012 : 28 - 27 - 26 - 25- 24
2011 : - 23 - 22 - 21 - 20
2010 : 19 - 18 - 17
2009 : 16 - 15 - 14 - 13 - 12 - 11 - 10
2008 : 9 - 8 - 7 - 6 - 5 - 4 - 3
Vous souhaitez être informé des nouveautés du site? C’est gratuit! Abonnez-vous!
Vous ne souhaitez plus recevoir de nouvelles du site? Non, ce n’est pas payant... Désabonnez-vous...
.
Site hébergé par Ouvaton - ISSN 2495-4136